Contre Forme

John Cornu - Gaël Darras - Manuia Faucon - Marie-Jeanne Hoffner - Ann Veronica Janssens - Claire-Jeanne Jézéquel - Jezy Knez - Alexis Judic - Lucie Le Bouder - Eva Nielsen - Pierre Pouillet - Eric Tabuchi

du 4 juillet au 25 août 2019
L'Atelier
Nantes (44)


Autour de l’exposition, le 20 juillet 2019 à 16h La Grande Bibliothèque
proposée par les PUI (Pratiques et Usages de l’Image)

 
 
Vues d'ensemble
Lucie Le Bouder, À Travers (orange), 2019, Polycarbonate, rail métallique, peinture
Pierre Pouillet, Déploiement d’une posture, 2019, Pin du nord, production MPVite/MilleFeuilles
Claire-Jeanne Jézéquel, Savoir s’étendre (or), 2007, Aggloméré et plâtre synthétique peints
Marie-Jeanne Hoffner, Espacés, 2004, Dessins sur papiers millimétrés découpés superposés, boîtes acryliques
Alexis Judic, Drop City, 2011, Bois peint
Jezy Knez, Depuis les forêts, Panorama, 2018, Bois, terre, carton, plastique, miroirs, acier
Jezy Knez, Depuis les forêts, Marches, 2018, Bois, sable, verre synthétique, aluminium, acier
Jezy Knez, Depuis les forêts, After Earth, 2018, Bois, sable, verre synthétique, néons, billes en verre, acier
Marie-Jeanne Hoffner, Eléments, 2017, Ensemble de 12 maquettes en balsa, peinture
John Cornu, Millbank, 2016, Métal et laque noire
Eva Nielsen, Filin, 2018, Huile, acrylique et encre de sérigraphie sur toile, Courtesy de l’artiste et de la galerie Jousse Entreprise, Paris
Eva Nielsen, Ascien IX, 2018, Huile, acrylique et encre de sérigraphie sur toile, Courtesy de l’artiste et de la galerie Jousse Entreprise, Paris
Eva Nielsen, Zode IV, 2018, Huile, acrylique et encre de sérigraphie sur toile
Claire-Jeanne Jézéquel, La jetée, 2019, Encre de chine sur papier et spray sur structure métal
Ann Veronica Janssens, Oscar, 2009, Vidéo couleur, 12’10, © ADAGP Ann Veronica Janssens, Courtesy the artist and kamel mennour, Paris/London
Marie-Jeanne Hoffner, Landscape versus Architecture, 2007, de gauche à droite ; 1 : Hong Kong/Bundanon 2 : Atlanta/Melbourne 3 : Beyrut/Arz, Photographies en tirage Diasec contrecollées sur alu dibond
Éric Tabuchi, de gauche à droite : 1 : Elboeuf, Val de Seine, 2 : Téloché, Pays manceau, 3 : Clermont-Ferrand, Grande et petite Limagnes, 4 : La Ferrière-aux-Etangs, Domfrontais, Tirages photographiques, encadrements sycomore production Bonus/MPVite/MilleFeuilles
Manuia Faucon, Les maisons Becher, 2018, Lavis sur papier encadrés
Gaël Darras, Les champs d’Asphodèles, 2019, Aquarelle sur papier, encadrements châtaigner production MPVite/MilleFeuilles
La Grande Bibliothèque
proposée par les PUI (Pratiques et Usages de l’Image)
Appel à participation pour présenter librement en 5 à 10 minutes un ouvrage photographique ou non, traitant du
rapport entre image et architecture.
Photographies: © Philippe Piron

Contre Forme

John Cornu - Gaël Darras - Manuia Faucon - Marie-Jeanne Hoffner - Ann Veronica Janssens - Claire-Jeanne Jézéquel - Jezy Knez - Alexis Judic - Lucie Le Bouder - Eva Nielsen - Pierre Pouillet - Eric Tabuchi

Autour de l’exposition, le 20 juillet 2019 à 16h La Grande Bibliothèque
proposée par les PUI (Pratiques et Usages de l’Image)


L’architecture est fonctionnelle, elle abrite les corps.
Abriter l’Art, c’est faire exposition.
L’exposition Contre Forme* convoque l’architecture. Les artistes ne sont pas réunis ici pour évoquer
un thème mais parce que cet art leur sert de vecteur, de pensée, de pure forme. L’architecture
devient un matériau, un dispositif de langage, une urgence...
Il ne s’agit en aucun cas d’être exhaustif, mais plutôt d’interroger des singularités.
Définir nous laisserait dans l’impasse du mouvement qu’imprime la pensée.
Contre Forme tend ici à tordre l’architecture en neutralisant sa fonction première.
Se perdre de la ruine romantique aux utopies poétiques.
Déambuler de la matérialité à la figure de l’architecte.
Errer de la dystopie à la réalité brute, concrète.
Chercher son chemin dans ce qui nous habite tous.
Là où nous nous abritons...

*Le titre de l’exposition renvoi au terme Contreforme (ou contre-forme) qui, en typographie est l’espace intérieur blanc
de certaines lettres. Cet espace est généralement fermé, mais, par extension, on appelle aussi contre forme les espaces
ouverts, marquant ainsi le plein et le vide pour créer la lettre. C’est l’espace qui définit en creux la forme restée ouverte.

CONTRE FORME

MA PAROLE !

SANGANEB REEF

REVUES ! Revues d'artistes et éditions collectives

"LA PERPÉTUITÉ DU CHIFFRE 2" Du mythe de l'androgyne au cyborg

L'AUBE DES RIGUEURS MOLLES

SUPPLÉMENT

SHELTERS

ON AURA AU MOINS TENU JUSQUE LÀ #3

ON AURA AU MOINS TENU JUSQUE LÀ #2

ON AURA AU MOINS TENU JUSQUE LÀ #1

PERSPECTIVE POUR HIER

THIS OUTSIDENESS

DES INTERSTICES DANS LA MATIÈRE

UNE CHOSE CONTRE UNE AUTRE

VICARIOUS

LE MÉLANGE DES EAUX

29 COUPS

A LA POINTE DU JOUR

CONTRE / ESPACES

VAGUE SILENCIEUSE

UNE PARTIE DE CAMPAGNE

LE SOUFFLE DES CHIMÈRES

DROP ZONE

SPECIFIC SPACE

RAYONNEMENT

ON N'ATTACHE PAS SON CHIEN AVEC DES SAUCISSES

ÇA ME RAPPELLE QUELQUE CHOSE...

THE COLORFULWORLD OF

ÇA VA PAS RENTRER

LA FONCTION OBLIQUE

WALK THE LINE

DASEIN | MACHEND

APOSTASIE

VERS UNE ARCHITECTURE

HALL 5

BUILD'IN

LA PETITE MAISON...

 
 

MPVite reçoit le soutien de la Région des Pays de la Loire, de l’Etat - Préfecture de la Région des Pays de la Loire - DRAC des Pays de la Loire, du Conseil Général de Loire-Atlantique et de la Ville de Nantes.

© Mpvite / mpvite@gmail.com